Dans l’oeil du cyclone

Il parait qu’a l’intérieur d’un cyclone tout est calme, une fois qu’on a passé le tourment des vents c’est un endroit a part. J’ai l’impression d’être justement dans cet endroit.

Depuis la pds qui a signée la fc précoce de notre dernière fiv, je suis en arrêt, je suis en arrêt pour cause de dépression nerveuse. Tout d’abord j’ai vécu ça comme une honte et puis après en avoir parlé à une amie j’ai réalisé que non, ce n’était pas la honte. Au passage merci a ma coupine la rouquine au cas ou tu tombes sur cet article 🙂 .

J’ai supporté beaucoup au travail (pas le travail en lui-même, plutôt son environnement et les gens qui y sont) parce que je ne pensais que pma. Je me suis négligée, oubliée, pensant que c’était la meilleur chose à faire : « le travail c’est pas grave, le plus important c’est bébé ! » sauf que bébé n’est toujours pas la, et que le travail m’a bouffé, et qu’aujourd’hui je ne sais même pas si j’y retournerai.

Tu dois te demander mais bondiou que fait elle comme boulot aussi affreux ??? Bah, c’est pas affreux du tout, et même j’aime ce que je fais, me suis battue fort pour y arriver. Non le travail en lui-même n’est pas le problème, ceux sont les conditions dans lequel faire ce travail que je ne supporte plus.

Et depuis, je me pose sans cesse mille questions, car cela fait un peu plus de 3 ans que je parle de changer de travail, mais à chaque échec je me disais, “c’est pas grave, la prochaine sera la bonne, on fait bébé et je changerai après!”. Du coup je me demande si je ne m’y prends pas à l’envers ? Ne faudrait il pas que je m’épanouisse dans ce changement de taf pour au moins être heureuse quelque part ?

En même temps, n’est ce pas ce parcours si difficile qui fait que je rejette autant mon environnement de travail actuel ?

Est-ce vraiment un besoin de me réaliser dans autre chose ou n’est ce pas qu’une façon de fuir un quotidien qui a été le témoin de ces 3 dernières années de galères ?

Je ne sais répondre à aucune de ces questions. Mais j’ai au moins le mérite de me les poser enfin 🙂 et peut être que madame la psy que je vais voir mardi m’aidera à mettre un peu de lumière sur certains points.

Alors voila, je ne suis pas sortie de l’auberge comme dirait l’autre, mais au moins, même si ça fait mal je ne me voile plus la face, parce que faire un bébé ne doit pas être le but d’une vie, de ma vie. 

Les vents tournoient autours de moi et tôt ou tard il faudra bien que je les traverse pour être à nouveau dans la vrai vie et plus dans ce coin calme ou je me cache.

Ah et pour couronner ce moment d’allégresse, belle maman débarque dans 1h pour 4 jours : joie, bonheur et petites licornes, ma vie est un rêve éveillé !!! ( mais ça va j’ai encore plein de Lexomil aaahhh aahhhaaaaaa….)

Advertisements

11 thoughts on “Dans l’oeil du cyclone”

  1. Purée, chez toi aussi ça semble agréable et appréciable !! Fourrée à quoi ta belle-mère ? J’espère que t’avais lu l’article de madame hiberne, sinon ma question risque de paraître farfelue 🙂
    Et nan. La dépression, c’est pas une honte, loin de là…
    Bises

    1. Mdr oui j’ai lu le billet de madame hiberne! J’ai pas encore trouvé la nature de son fourrage…hihiii!! Aller, plus que 3 jours, j’tiens le bon bout!

  2. Grosses questions… choc… et burn. Y’a pas de honte, alors là vraiment pas. Les questions sont similaires ici, une psy-bilan-de-compétence m’aide à y voir clair. Tu peux combiner les deux si ça te tente. Perso, je suis plus au clair depuis le bilan de compétences en cours, et arrive mieux à distinguer le because pma du pas de lien avec la pma. J’ai de la chance, celle qui m’accompagne est super top ! Et pas loin de chez toi… Bisous

  3. Ces grosses questions gestions de carrière et de famille deviennent super compliquées quand justement tu n’as plus aucune contrôle sur le planning de tes grossesses. A force de “si” et de “quand”, on finit par repousser les choses sans savoir jusqu’à quand. Idéalement, il faudrait pouvoir lâcher prise et considérer chaque sphère de manière indépendante mais en pratique c’est beaucoup plus compliqué que ça.
    Aucune honte à avoir pour la dépression. Tu vis des choses très difficiles. Laisse-toi le temps et l’espace d’encaisser, de digérer pour pouvoir alors te relever.
    Gros bisous.

  4. J’espère que le rdv d’aujourd’hui t’auras fait déjà un peu de bien.
    (et le lexomyl, pour une belle-mère qui vient squatter, c’est vraiment le minimum!)

  5. Une belle plume pour une jolie hirondelle !!!!!!!!
    Tu t’ouvres et te découvres !!!!!
    J’aime cette nouvelle toi qui je suis sure finira par un mini vous !!!!
    Je t’aime fort

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s